la Compagnie Vertigo    


barbe bleue La Barbe Bleue


 
   Accueil

   Agenda

en création
   Où es-tu ma Ture ?

en tournée
   Mon arbre à secrets

et aussi...
   Offrez une chanson !

répertoire
   Daisy Stoir et Mister Not'
   Neige rien
   2 Cendrillon
   La Campagne
   Même la nuit
   Lecture musicale
   La Barbe Bleue
   Barbe Bleue en appartement
   La Reine des neiges
   Issa Longues Jambes
la compagnie
   Presse
   Historique
   Contact
   Diffusion

Maléfices, malédictions
Sortilèges, imprécations
Paroles de sang, mots de plomb

Le texte de Bruno de la Salle, la richesse du vocabulaire, des images, des métaphores et le rythme global, forme un support passionnant pour une proposition de mise en scène musicale.
La Barbe Bleue est traitée comme une partition: polyphonies parlées et chantées, rythmes des mots, textes mis en chansons…

… Il y avait, dans ce royaume où n’existaient ni roi ni lois, un pauvre vieux qui venait de perdre sa femme. Et ce pauvre homme avait perdu, avec sa femme, son courage, sa bonne humeur et le dernier grain de cervelle qui lui restait…
Il ne lui restait que ses filles : quatre filles à marier, mais qui ne l’étaient pas encore, et qui, tous les jours, demandaient ce qu’il y aurait à manger, en sachant qu’il n’y aurait rien…


Cette version a une fin différente de celle de Perrault.
Barbe bleue n’est peut être pas le monstre que l’on connaît ?



Deux comédiennes, un musicien accordéoniste et une éclairagiste sont les interprètes de ce spectacle.

L’éclairagiste entre dans l’espace de jeu, dirige et déplaçe les projecteurs en fonction des scènes. Grâce aux changements de lumière à vue, elle a une action directe sur la versatilité des personnages, les renforçant ou les allégeant.

…Un jour, un jour d’hiver sans pain, il vit tout à coup devant lui un champ recouvert de choux bleus. De ces choux qu’on met dans la soupe, et qui sont tendres et craquants…
Il entendit un grondement, et vit, tout à coup, se lever au dessus de lui et du champ un rocher, une énorme pierre. Ce n’était ni champ ni pierre ! C’était la tête d’un géant, et le champ était sa poitrine sur laquelle tombait sa barbe bleue comme le sont les choux…


Le décor est composé de trois poufs, tour à tour sièges, manteaux, rivière et géant… Leurs tailles imposantes permettent de jouer sur les disparitions, l’avalement et la disproportion. Ils sont un partenaire essentiel dans la dramaturgie grâce à leurs multiples possibilités de transformation.

 
Texte Bruno de la Salle
Mise en scène, musique et jeu Christine Roillet, Corinne Frimas et Gabriel Levasseur
Lumières Marie Vincent
Décor et costumes Anne Versel
Réalisation des costumes Fatima Azakkour
Maquillages Catherine Bloquère

> Voir un extrait vidéo de La Barbe Bleue


- - - - -
-

Lieux de spectacle et presse
Fiche technique et photos à télécharger